Mon yoga à 44 ans

Mon yoga a changé.  Je l’ai vu clairement cet été et je suis en train de me décider si je l’accepte ou pas.

 

Ce changement a commencé l’année dernière quand j’ai vécu (comme beaucoup de gens, j’ai appris) un été de merde.  Il ne s'est rien passé extérieurement, pas d'événement en particulier.  C'était les énergies (trop New Age à dire, mais je pense que c'était ça).

Moi, je pratique et j’enseigne le vinyasa.  C’est la seule méthode de yoga que je connaisse vraiment. Mais l’été dernier, je n’arrivais pas à mettre mon corps en mouvement.  Je me sentais fondue au sol.

Je me suis créée trois ou quatre postures au sol.  Je me suis installée dans ces postures pendant dix ou quinze minutes.  Immobile.

Puis je me disais qu’à la fin de l’été, il état nécessaire que je réactive le vinyasa parce que c’est mon yoga!

 

Et je l’ai réactivé.  Mon vinyasa m’est revenu.  La plupart de mon vinyasa m'est revenu.

Les grandes postures ne me sont pas revenues.

Je me disais que c’était parce que j’étais encore trop grosse (je porte toujours le poids de ma dernière grossesse, surtout au niveau du ventre).  Je me disais que mon premier objectif serait de perdre le gras et puis les grandes postures viendraient plus facilement.

Ça n'a pas marché.  Malgré un certain effort, le gras n'est pas parti et les grandes postures n'ont pas réapparu.

Cet été, pendant mon séjour en Californie je me réjouissais de prendre des cours de yoga dans mes nouveaux studios préférés.  C’était des cours de vinyasa.  Ce que j’aime dans ces cours c’est qu’il sont physiquement intelligents.  Ce n’est pas du spectacle et on se concentre beaucoup sur les mouvements en sécurité.  Je me demandais comment j’allais faire parce que je suis beaucoup moins forte qu’avant.

Mais ça allait.  La plupart du temps, c’était faisable sans problème.  Un bon workout, mais qui m’était accessible.

De temps en temps le/la prof proposait une grande posture.  Souvent des postures que je connaissais dans mon corps.  Et là, en regardant le prof faire ces postures, la question est montée dans mon esprit : “Je tente ou je ne tente pas?”  Un grand exercice de discernement.

 

Mon ego ne voulait pas tenter. En même temps, mon ego me disait que je devais tenter.  Mon corps disait qu’il ne voulait pas faire cet effort et en même temps, il avait besoin de faire l’effort!

C’était et c’est difficile pour moi de savoir comment me positionner.

D’un côté j’en ai rien à foutre des grandes postures.  De l’autre côté, je me demande si c’est juste la paresse qui s’installe.  D’un côté les grandes postures ne m’intéressent plus, de l’autre côté, j’aimerais quand même continuer à les faire.

 

Puis, je pense à mes élèves.  Si j’arrêtais de faire les grandes postures, est-ce que j’aurais toujours le droit de les enseigner?  Je m’interroge.

 

En tout cas, je sens un changement dans mon yoga.  Je n’ai plus besoin de yoga.  Ma pratique est tout simplement d’être dans mon corps, de prendre plaisir à me sentir vivante et connectée.  

Est-ce que j’ai besoin des grandes postures aujourd’hui?  Il me semble que non . . .

 

LOVE,

MIRA

Mira Portrait Email Signature.jpeg
 
 
Formation 2018 A.png
 

Recevez la newsletter mensuelle DAYS.

Inscrivez-vous pour rester informé de nos dernières actualités.

    Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

    Powered By ConvertKit