Les Femmes: Féministe ou déesse?

Lakshmi

Etre ou ne pas être féministe? Là est la question du jour.

Voici mon opinion. Oui j’ai un avis sur le sujet.

Dans l’histoire du monde occidental, il y a eu un moment où le mouvement féministe était nécessaire et important. De nos jours, un mouvement féministe est absolument nécessaire et important dans certaines parties du monde.

Mais je vis en Occident.

Les femmes en Occident ont lutté pour obtenir l’égalité devant la loi. Je remercie mes sœurs qui ont mené ce dur combat. J’apprécie entièrement, totalement, complètement les efforts qu’elles ont faits. Sans elles, nous n’aurions pas la liberté qui nous permet d’atteindre l’étape suivante.

Mais avant de parler de l’étape suivante, remontons loin dans le temps pour voir un peu ce qui s’est passé entre les hommes et les femmes. Un résumé simple. C’est très pertinent.

Prenons en considération l’histoire entière de l’humanité. L’homo sapiens a  vécu il  y a environ 300 000 ans (400 000 selon certains, 200 000 pour d’autres).

Il y a environ 30 000- 20 000 ans, apparaît l’être humain « moderne », l’homme de Cro-Magnon. A cette époque, nous savons que les humains avaient développé une sorte de pratique spirituelle. Nous savons que cette pratique incluait la vénération du principe féminin, de la déesse. Le dieu et la déesse étaient présents dans les tribus et les cultures partout dans le monde. Le masculin et le féminin étaient tous deux divins et vénérés de la même façon. C’était le règne de l’harmonie.

Ensuite, aux alentours du troisième millénaire avant J-C, le patriarcat a commencé à implanter ses racines dans diverses parties du monde, conduit par un peuple que nous appelons les indo-européens. Ils menèrent des invasions en Europe et au Proche Orient et introduisirent leurs dieux masculins, célestes et belliqueux.

Et c’est là que le bât blesse. C’est précisément à partir de cet état patriarcal que sont nées les trois principales religions (que nous connaissons) et qui ont systématiquement et délibérément oblitéré la déesse de l’expérience humaine.

A partir de ce moment, on assiste à la montée de gouvernements, religion, culture, société, points de vue patriarcaux. Etc. Et tous les désastres et catastrophes qui vont avec.

Ainsi désormais non seulement la déesse a été saisie et domestiquée mais les femmes subissent la même domination et le même contrôle que la déesse avant elles.

Les femmes ont souffert. Enormément. Elles continuent de souffrir intensément partout dans le monde. J’ai le cœur lourd lorsque j’écris ces mots.

Même si en Occident nous sommes protégées par les lois ( ce qui ne signifie pas que tout soit parfait pour nous comme nous le savons toutes), nous possédons également la mémoire cellulaire de la souffrance de nos ancêtres. Consciemment ou inconsciemment, nous continuons à subir la souffrance de nos ancêtres. De plus, dans la mesure où la majorité des femmes dans le monde continuent de souffrir intensément, nous portons également leurs douleurs.

NEANMOINS si on se réfère à l’histoire entière de l’humanité (soit 300 000 ans) un monde patriarcal n’est en place que depuis seulement quelques secondes. Qu’est-ce que c’est 5000 ans comparé à 300 000 ans ? Même si on le rapporte à l’époque de Cro-Magnon, 5000 ans c’est peu comparé à 30 000.

C’est vrai que notre souffrance est bien réelle mais elle n’est pas permanente et elle n’existe pas depuis très longtemps. Elle peut être guérie rapidement si c’est ce que nous voulons.

A notre époque, en tant que femme occidentale, nous portons une IMMENSE responsabilité. C’est énorme.

Nous avons la responsabilité d’avancer, d’initier, de nourrir et de soutenir avec conscience la réconciliation du masculin et du féminin.

Je ne suis pas sûre à 100%, mais je pense qu’à ce moment de l’histoire humaine, les femmes occidentales sont les seules qui puissent réellement mener ce mouvement.

1. Notre sécurité basique est assurée (ou est censée l’être). Nous n’avons pas peur pour notre sécurité essentielle tous les jours toute la journée (là encore, il faut reconnaître que ce n’est pas le cas pour toutes les femmes en Occident).

2. Même si le patriarcat a essayé de nous couper de notre connexion avec la déesse (la terre et le royaume physique), grâce à notre cycle menstruel, la naissance, l’allaitement, nous avons conservé une certaine connexion avec ELLE. (Les hommes sont presque complètement déconnectés et ce sera très difficile pour eux de recréer ce lien).

Nous nous trouvons dans une situation unique.

Venons-en maintenant à l’ « étape suivante » que j’ai mentionnée.

La prochaine étape débutera lorsque les femmes arrêteront d’essayer d’être égales aux hommes. Arrêtez de vous figurer que les hommes représentent un standard plus élevé auquel vous devez parvenir, arrêtez de vouloir être traitées comme eux. Nous ne sommes pas des hommes. Pourquoi donc vouloir être les égales des hommes, mis-à-part sur un plan juridique ?

Nous les femmes devons cesser de percevoir les hommes comme le point de référence de notre existence, de notre bien-être, de notre bonheur et de notre expression personnelle. Nous devons creuser profondément en nous et nous trouver en tant que femmes.

Le but des femmes de nos jours est d’être capables de vivre pleinement comme des femmes. Qu’est-ce que ça veut dire être une femme ? A quoi ressemble une femme parfaitement épanouie ? Que fait-elle? Que dit-elle? Comment aime-t-elle? Comment s’exprime-t-elle? A quoi ressemble une femme complètement indépendante du masculin? Sommes-nous même capables de commencer à imaginer qui nous sommes réellement lorsque nous cessons de nous regarder à travers les yeux des hommes ?

C’est tellement facile de dire que l’on ne se reconnaît pas du tout dans le regard que les hommes portent sur nous et qu’ils ne nous voient pas  comme nous sommes. Ce qui est difficile c’est de dire et d’être ce que nous sommes au lieu d’opposer une résistance à ce que nous ne sommes pas.

C’est à nous d’accepter l’entière responsabilité de notre état en tant que femmes. C’est notre responsabilité d’incarner le principe divin féminin. C’est la tâche qui nous incombe aujourd’hui.

Il est temps d’arrêter de punir les hommes, d’arrêter de se plaindre à propos de ce qu’ils font ou ne font pas. De ce qu’ils ont fait ou n’ont pas fait. Ce ne sont pas les hommes qui vont nous donner la permission d’être pleinement nous-mêmes. Comment le peuvent-ils alors que la plupart des femmes ne savent même pas elles-mêmes qui elles veulent être ? Et ce n’est pas leur affaire. C’est la nôtre. C’est en acceptant l’entière responsabilité que nous trouverons la force et le courage. Demander la permission c’est pour les petites filles.

Les hommes ont également beaucoup souffert, dans un monde où la déesse n’existe pas. Nous devons accepter et reconnaître ce fait. Personne ne peut être coupé du masculin ou du féminin sans ressentir de la souffrance.

Parce que nous continuons à porter la souffrance dans notre mémoire, nous punissons inconsciemment les hommes dans notre vie quotidienne. Je ne veux pas dresser la liste de toutes les formes de comportement castrateur que les femmes d’aujourd’hui peuvent adopter, mais nous sommes castratrices soit par l’intimidation, soit en les étouffant et en les maternant, entre autres. Cherchez des exemples dans votre vie quotidienne et vous verrez de quoi je parle.

Ce n’est certainement pas en affaiblissant les hommes que nous deviendrons plus fortes. A la fin, un homme qui est privé de sa divine masculinité est l’homme qui cherche à dominer et contrôler. Lorsqu’il est en possession de son propre pouvoir, et incarne pleinement le divin masculin, le besoin de dominer est inexistant. On ne peut pas se permettre de manipuler les hommes et de leur enlever leur divinité intrinsèque.

Lorsqu’on incarne pleinement le divin féminin nous éveillons inévitablement le divin masculin et nous voulons que cette divinité soit bel et bien vivante !!! Parce que nous portons la souffrance, nous avons peur d’un monde dans lequel le pouvoir des hommes serait divinement renforcé. Cela peut être effrayant à imaginer lorsque nous sommes dans une situation de faiblesse. Mais lorsque les femmes seront divinement émancipées, nous verrons qu’il n’y a rien à craindre dans le divin masculin. Il n’y a que de l’amour et de la vénération.

Je veux que mon home soit un dieu (et il l’est, évidemment). Un homme divin. Je ne veux pas d’un mec castré, soumis que je peux mener à la baguette. Mais je ne veux pas non plus être contrôlée et menée à la baguette. Je ne suis pas sa mère et ce n’est pas mon père. Nous essayons d’incarner pleinement le genre divin dans lequel nous sommes nés. Nous sommes égaux devant la loi. Nous sommes égaux dans notre relation. Nous sommes égaux pour diriger le foyer. Cependant nous sommes différents. Sublimement différents.

C’est chacun notre responsabilité de nous contrôler nous-même et pas l’autre, de trouver le juste équilibre, ni dominateur ni soumis, de pardonner et d’avancer. Ce n’est pas facile. Mais c’est un devoir et une vocation. Nous sommes responsables de nous-mêmes et de l’humanité entière. Oui, de l’humanité entière.

Alors…l’étape suivante ? La voici : l’incarnation pleine et entière du masculin divin et du féminin divin.

L’incarnation totale du dieu et de la déesse.

 Mesdames, jouez bien votre rôle.

Les hommes s’éveilleront simplement par la présence irradiante de la déesse dans la vie quotidienne. Elle possède une telle puissance.

Acceptez vos responsabilités.

Devenez fortes.

Arrêtez de punir et pardonnez même si ça fait mal.

Cherchez qui est la déesse.

Soyez une déesse.

Love,

Screen Shot 2015-06-06 at 5.05.45 PM

Mira Jamadi
Fondatrice et Directrice de Divine Alchemy Yoga School

 

Incarnez la Déesse avec mes séances de yoga thème DEESSE!

Screen Shot 2015-07-14 at 11.19.48 AM  Screen Shot 2015-07-14 at 11.20.06 AM

Screen Shot 2015-07-14 at 11.19.35 AM

Cliquez ici pour accéder aux séances.

 

 

Module Fire FB

Cliquez ici pour plus d'infos.

 

 

Screen Shot 2015-07-02 at 9.14.24 AM
Devenez professeur de Vinyasa Yoga.
Inscrivez-vous dans notre formation exceptionnelle.
Cliquez ici pour les détails.