Ton égo dans le monde du yoga

En tant que professionnels dans le domaine du yoga (c'est-à-dire des personnes qui gagnent de l'argent en menant une activité en rapport avec le yoga), nous rencontrons toutes sortes de personnages, toutes sortes de personnalités et toutes sortes d'ego, comme dans n'importe quelle activité. Comme nous le faisons dans la vie de manière générale.

De nombreux débutants dans la profession, les yeux grand-ouverts plein d'innocence, sont surpris de rencontrer ces egos dans le monde du yoga. J'entends souvent : " on aurait pensé que dans l'univers du yoga, les gens seraient plus ouverts, plus généreux, plus justes, avec un sens plus fort de l'éthique, et qu'ils n'auraient pas des egos aussi démesurés..." ainsi de suite.

Pourquoi une telle surprise?

Le monde du yoga est composé de personnes et chaque personne a un ego. C'est un fait. Il ne s’agit pas d'avoir plus ou moins d'égo, il s’agit d'avoir un ego sain.

A moins que vous soyez aussi radical qu'Eckhart Tolle qui pense que l'égo n'a absolument aucune utilité, vous devez faire en sorte de cultiver un ego sain.

En tant que professionnels du yoga nous avons la chance unique d'être conscients de notre propre ego pendant que nous essayons de trouver un équilibre entre notre activité, notre éthique et le sens que nous avons de notre propre valeur.

Je ne peux parler qu’en tant que professeur de yoga indépendante car je n'ai jamais possédé un studio, je ne connais que ce qui a trait aux négociations de mes conditions concernant le paiement, les déplacements, le logement, etc. Avant que le yoga ne devienne ma seule source de revenus, j'étais salariée. Je recevais régulièrement un chèque de paie pour un travail régulier. Il n'y avait pas grand-chose à négocier. Mais en tant que nouvelle enseignante, j'ai dû apprendre à naviguer dans le business de cette chose que j'adore faire, le yoga.

Au début, je n'étais pas sûre de moi et j'acceptais une paie et des conditions qui n'étaient pas idéales. J'ai consulté des collègues qui avaient plus d'expérience que moi et même si j'ai reçu de bons conseils et des indications précises en dollars ou en euros sur les sommes qui devaient être perçues, je ne savais pas déclarer ma valeur et recevoir l'argent en échange. Il a fallu du temps et beaucoup d'expérimentations.

Je n'aime vraiment pas entendre des profs de yoga dire, " Oh, je ne suis pas doué pour faire de la pub et du marketing. Je ne suis pas à l'aise à l'idée de me vendre. Je ne suis pas doué pour négocier de l'argent." Je n'aime pas ça, parce que je pense que c'est faux. C'est une façon de s'excuser soi-même pour ne pas faire la chose même que nous savons pertinemment être ce qui nous permet de vivre dans cette société. Nous avons besoin d'argent pour survivre et pour prospérer. C’est ni bien ni mal, c'est juste comme ça.

Il y a l'idée que les yogis ont ce problème éthique de demander de l'argent. Je ne crois pas que cela soit le cas. Je pense que c'est une façade. Une sorte d'apologie d'avoir à demander à quelqu'un de payer pour pratiquer le yoga. Ce type d'attitude revient à se dévaloriser. Ce n'est pas le signe d'un ego sain. C'est l’autre face d'un ego marqué. Mais un ego sous-dimensionné ou surdimensionné représentent le même problème.

L'argent que nous recevons ou dont nous manquons, est juste une manière de refléter notre propre valeur.

Ensuite il y a la question du statut. Qui est le prof le plus populaire du studio? Qui figure en tête d’affiche lors d’un événement ? Qui est mentionné dans telle publication?

C'est une question d'égo et c'est une question de business. Lorsque nous focalisons sur qui gagne quoi ? Est-ce que c'est plus ou moins que ce que j'obtiens moi ? et mon nom n'était pas mentionné mais le sien oui… et nous commençons à en parler et à tomber dans le commérage, blablabla...là il y a un problème. Il est temps d'enquêter pour savoir ce qui se passe dans notre propre ego. D'un autre côté, lorsque nous ne sommes pas appréciés à notre juste valeur, si nous sommes régulièrement offensés, nous devons aussi chercher à comprendre.

Nous devons trouver l'équilibre, le juste milieu bouddhiste, afin de fonctionner à partir d'un ego sain. Nous devons nous demander à quel moment nous dépassons les bornes, nous sommes dominateurs, à la recherche de la célébrité, avares et à quel moment nous sommes faibles, en nous sous-estimant et en nous dépréciant. Aucun de ces deux états ne permet de se sentir bien et ne peut nous rendre heureux.

Nous nous sentons bien quand nous sommes équilibrés. Lorsque nous avons un sens sain de nous-même. Lorsque nous savons au fond de nous que nous ne tombons pas dans l'excès ni la déficience.

Professionnels du yoga, accueillez cette rencontre avec l'ego, le vôtre et celui des autres, comme une occasion de construire votre business et votre vie d'une manière qui bénéficie à tous, y compris vous-mêmes.

*Parlez-moi de vos rencontres avec l'égo dans les commentaires.

 

Approfondissez vos connaissances des Chakras avec cette formation en ligne.

Love,

Mira

Mira Jamadi Divine Alchemy Yoga School