Professeurs de Yoga : Comment gérer les élèves difficiles?

Un jeune professeur de yoga m'a posé cette question récemment:

"Comment est-ce que tu gères les élèves difficiles?"

Quelle bonne question.

Être professeur de yoga, professeur de maths, d'histoire, peu importe, ne s'agit pas de maîtriser le contenu de son enseignement.  Le métier de professeur demande beaucoup plus que ça.  Gérer les élèves difficiles est une chose à maîtriser.

 

Je vous explique ici comment moi, je fais.

Je fonctionne selon l'idée que tous les élèves ont une raison de venir à mes cours. Je ne la connais pas et il existe tellement de raisons envisageables. Quelle que soit cette raison, cela peut être une expérience riche d'enseignements pour l'élève, pour moi ou les deux. Il se peut que l'élève vienne une fois, ait une confrontation énorme avec son ego et ne revienne plus jamais ou il se peut qu'une personne soit complètement prête à recevoir ce que j'ai à offrir et que s'ensuive une relation qui dure dans le temps. La raison importe peu.

Ce n'est même pas important que cette idée soit juste ou non. Après tout, il se pourrait que ce soit juste une pure coïncidence, un simple hasard, qu'une personne décide de se présenter à un cours.

Je ne cherche plus à déterminer si les coïncidences significatives étaient vraies et réelles ou non. J'ai juste décidé que dans cet exemple, dans ma vie de prof de yoga, les rencontres entre chaque élève qui entre dans mon lieu de cours et moi ont leur raison d'être.

J'ai choisi de fonctionner comme ça parce que ça m'oblige à être plus centrée dans mon enseignement et j'ai moins tendance à être entraînée dans une direction ou une autre par mes émotions et les tournures de mon mental.Cela permet de continuer à enseigner lorsqu'il n'y a que 3 personnes qui viennent à mes cours.

Mes cours ont la réputation d'avoir une certaine énergie et une certaine harmonie qui maintiennent la cohésion du groupe. Ce n'est pas par accident. J'y parviens en m’ en tenant à des intentions claires concernant le genre d'expérience que je veux créer pour moi et les personnes qui pratiquent avec moi. Dans mon programme de formation de profs, notamment au cours de la retraite intensive, nous nous entraînerons à conserver l'énergie du groupe et ce que cela implique. Ce n'est pas de la magie. C'est le résultat d'une intention.

Oui, je sais qu'il peut y avoir de la compétition entre mes élèves, qu'il peut y avoir des ragots dans les vestiaires. Je sais tout ça. Mais même dans ce cas, il y a un niveau d'acceptation et de compassion pour chacun que je maintiens comme condition standard dans mes cours. Si vous avez l'esprit de compétition, vous feriez mieux de le cacher. Si vous dites des vacheries, il vaut mieux le cacher (même si je vois tout cela de toute façon).

Alors que se passe-t-il lorsqu'une personne vient à mon cours pour la première fois, ou même pour la dixième et que le courant ne passe pas entre elle et moi? Ou quand la présence de cette personne dérange l'harmonie du groupe? Quel est mon point de vue et qu'est-ce que je fais à ce sujet?

Mes top 7 - Comment je gère les élèves difficiles?

1. Ma première pensée est que cette personne est là pour une raison. C'est la base de tout. Cette raison peut être claire ou non. Elle peut ne jamais être claire et ça n'a pas d'importance.

2. Je prends le temps de réellement observer et réfléchir à la difficulté ou au désagrément. Le plus souvent, à vrai dire, je ne vois aucune exception, s'il y a une difficulté entre un élève en particulier et moi, mes autres élèves ressentent également une tension avec cette personne d'une manière ou d'une autre.

3. Il y a un autre principe auquel je tiens. Pendant le cours de yoga, le groupe ne doit pas être sacrifié au profit de l'individu. Est-ce que cette personne difficile dérange l'ambiance du groupe? Par ambiance, je me réfère également à l'ambiance que j'essaie de créer. Après tout, c'est moi le chef ici. Ce cours c'est ma création. Ce n'est pas du tout une nuit amateur au comedy club où les gens peuvent juste venir improviser, balancer des idées et adopter des comportements au hasard. Si je dois rappeler à l'ordre une personne pour préserver le groupe, croyez-moi, je le fais. Ce qui nous conduit au point suivant...

4.Vous devezlaisser les gens partir. Je répète que chacun vient à vos cours pour une raison. Lorsque cet objectif a été atteint, ils n'ont plus besoin d'être là. Ils peuvent commencer votre cours et sortir 15 minutes après. Si cela se produit, cela ne devrait pas provoquer chez vous le sentiment que vous avez fait quelque chose de mal ni le besoin de vous défendre. Le but de la présence de cette personne, même pour un moment bref, a été atteint.

Vous devez laisser les gens s'en aller. Vous devez les laisser partir même s'ils sont avec vous depuis longtemps. La relation a atteint son point ultime, même s'il en paraît autrement. Cela peut être une séparation temporaire ou non. On ne sait pas. Donc, lorsqu'une personne crée un problème dans votre cours, vous devez sacrifier cette personne pour le bien du groupe et accepter qu'elle ne revienne jamais et c'est très bien comme ça!

Si ce genre de problèmes devait continuer, on ne veut pas qu'ils reviennent! Je ne crée jamais l’intention délibérée de pousser quelqu'un dehors. Bien sûr que non. Je fais beaucoup d'efforts pour ramener une personne difficile dans l'harmonie du groupe. Parfois cette harmonie se crée et parfois cette personne s'en va. Dans les deux cas, mon intention fondamentale de maintenir l'ambiance du groupe est conservée.

5. Acceptez que parfois les choses aient besoin d'être secouées! Si je me sens moins en confiance dans mon travail de prof, un élève difficile pourrait juste apparaître afin d'insister sur la nécessité d'être plus forte pour faire le travail que je veux faire. Certains des moments les plus importants de ma vie de prof ont résulté de la rencontre avec des élèves difficiles. Ils me rendent plus fortes. Les élèves difficiles peuvent vous rendre plus faible si vous les laisser faire. Si cela se produit, sachez que vous faites preuve de beaucoup de résistance à votre propre évolution personnelle et professionnelle. Soyez fort ! Acceptez de faire face et d’intégrer cette tension. Faites face. Laissez-la entrer en vous et illuminer vos faiblesses. Repérez en quoi vous êtes faible. Puis, devenez forts.

6. Il est rare que ce soit nécessaire d’entrer directement en confrontation avec des élèves. Dans mon expérience, j’ai trouvé que c’était nécessaire que 2 ou 3 fois. Il y a de grandes leçons à tirer des deux côtés, du côté du prof et du côté de l’élève difficile, lorsqu’il y a désaccord. C’est trop compliqué pour moi de tout expliquer clairement à la personne. Soit elle accepte de suivre ma façon de faire soit elle n’accepte pas. Entrer dans l’analyse et essayer de chercher le pourquoi du comment n’est pas nécessaire.

Je détermine le type de comportement que j’attends dans mes cours et les autres acceptent ou n’acceptent pas de répondre à mes attentes. Le travail que la personne peut avoir à effectuer afin de changer de comportement ne me concerne pas. La confrontation directe n’a été nécessaire que lorsque le comportement est complètement dingue et hors contrôle et que la personne continue à revenir et que son comportement ne change pas. Je dois alors dire explicitement que ce comportement ne peut plus continuer. Je n’ai pas pour autant empêché qui que ce soit de venir à mes cours (même si je connais des profs qui l’ont fait à juste titre) mais j’ai clairement exprimé mes attentes et je déclare qu’ils sont bienvenus pour continuer à venir à mes cours du moment qu’ils respectent mes règles.

7.C’est la responsabilité du prof de fournir un moment et un lieu dans lesquels les élèves peuvent atteindre un état de Yoga. L’UNION de la globalité de leur être- corps, mental, énergie, esprit. Le prof doit tenir cet espace pour que le yoga puisse se produire. Si un élève a d’autres intentions que celle d’atteindre un véritable état de yoga, il est encouragé à aller faire de la gym ailleurs. Etre un gentil prof n’est pas la chose à faire.

Il y a trop de gens qui abusent des gentils profs et qui font culpabiliser le prof en lui faisant croire que le yoga consiste à être gentil afin d’utiliser le cours comme un terrain de jeu pour leur propre ego. La responsabilité du prof n’est pas d’être gentil. Agir du point de vue d’être gentil et ne pas vouloir perdre des élèves, c’est agir à partir de la peur. On ne peut pas enseigner dans un état de peur.

On enseigne avec une grande vénération de la pratique et on donne la priorité aux élèves qui ont le désir authentique de connaître la pratique et de faire l’expérience de l’état de yoga-même s’ils ne le savent pas encore (ils ont une raison de pratiquer mais ne savent pas quelle est cette raison).

Voilà.

C’est un sujet assez dense et il y a beaucoup de points que j’ai l’intention de développer dans d’autres articles, il y a beaucoup de chose à dire sur l’enseignement, mais ces 7 points sont la base à partir de laquelle je gère les élèves difficiles.

Est-ce que vous avez d’autres points de vue ou techniques ? Y compris opposés aux miens ?

Partagez dans les commentaires !

A tous les profs de yoga, je vous souhaite de bons cours, de rester centrés et d’avoir confiance dans ce que vous faîtes.

Love,

Mira