Comment choisir entre deux directions? Le discernement-asana.

Discernement-asana.  C’est LA posture que le yoga nous demande de faire par-dessus tout.

C’est la posture la plus difficile à maîtriser, la plus douloureuse à apprendre.

Elle est douloureuse parce que nous apprenons en faisant des erreurs, parfois des erreurs graves, énormes. Et ça fait mal. 

Le discernement-asana est la posture la plus difficile à maîtriser parce que nous sommes confrontés à pratiquer le discernement à chaque instant dans la vie.  Ces opportunités sont tellement variées et différentes les unes des autre que nous ne pouvons pas mémoriser un modèle et puis appliquer ce modèle à chaque fois.  

Ce serait comme si on nous demandait de pratiquer le chien tête en bas dans toutes les variations possibles et même impossibles.  Chien tête en bas sur une main, sur un pied, sur la tête.  Chien tête en bas à l’envers, debout, assis, sur les fesses…. Le discernement est pratiqué de cette manière.  Nous ne savons jamais à l’avance comment la vie va nous demander de le pratiquer.  Nous ne connaissons jamais tous les éléments en question à l’avance.  C’est de l’improvisation, c’est live, à chaque fois que le discernement nous est demandé (c’est tout le temps, à chaque instant).

Très souvent nous avons besoin d’activer le discernement pour choisir une action ou une autre, choisir une direction ou une autre.  Nous pourrions être face à une décision qui agit sur le court terme, le moyen terme ou le long terme.  Comment choisir?  Quelles sont nos critères face au choix?

La logique?

La raison?

L’envie?

Le désir?

L’aversion?

La peur?

Le plaisir? 

Le dégoût?

Nos décisions sont très souvent prises au pif, n’est-ce pas?  Nous essayons de prendre les décisions justes, mais est-ce que nous savons vraiment si nous avons choisi la bonne direction?  Nous nous racontons les histoires pour justifier nos choix, nous nous convainquons que nos choix sont justes, sont raisonnables, sont logiques, sont bien pour nous...

Heureusement pour nous, le yoga nous donne une piste importante, claire et efficace qui nous guide dans nos choix et qui nous aide à devenir de plus en plus agiles dans notre pratique de Discernement-asana.

Ce sont les termes le preya et le shreya.

Ces deux concepts sont introduits dans les Upanishads, textes fondamentaux de yoga.


En gros, les Upanishads racontent l'histoire d’un adolescent, Nachiketa, qui veut comprendre la vie.  Étant un ado intelligent, il part interroger Yama, le dieu de la mort, enfin, la mort elle-même, pour qu’elle lui révèle les secrets de la vie.

C’est avec Yama que Nachiketa découvre le preya et le shreya.

Le preya = ce qui est agréable

Le shreya = ce qui est meilleur

Voilà.  Je crois que vous voyez la direction de ces concepts rien qu’en lisant “Le preya = ce qui est agréable, le shreya = ce qui est meilleur”.  Ai-je raison?

Ce n’est pas bien compliqué à comprendre.  Mais c’est bien difficile à appliquer.

Choisir entre ce qui nous est agréable et ce qui est un meilleur choix.

C’est à dire choisir entre ce que nous voulons et ce qui est bien non seulement pour nous, mais aussi pour les autres.

C’est de vivre avec de l’intention au lieu de vivre suivant nos impulsions, nos préférences.  Les sources de nos impulsions et nos préférences se trouvent dans ce personnage que nous avons créé dans cette incarnation.  Elles se trouvent dans notre inconscient, dans notre subconscient, dans les liens entres nos cinq sens et notre égo.  Prendre des décisions, choisir une direction sans intention consciente et de vivre endormi, esclave de notre personnage.

Afin de bien choisir entre le preya et le shreya nous devons prendre les rênes de notre personnage.  C’est-à-dire que nos cinq sens doivent nous écouter — et pas l’inverse.  Notre esprit doit nous écouter—et pas l’inverse.  Nous devons nous écouter!  Et c’est qui ce nous qui doit être écouté?  C’est qui?  (Si vous connaissez mon enseignement, vous savez déjà comment j’enseigne—en vous laissant faire l’expérience, au lieu de vous donner la réponse.  Si vous ne connaissez pas encore mon enseignement, vous êtes maintenant initié/e à mon enseignement.  Ça veut dire que je ne vais pas vous dire qui c’est ce nous qui doit être écouté!  Je vous invite à faire l’expérience.  Utilisez votre capacité de discernement pour sentir la différence entre vos cinq sens, votre esprit, votre vous qui doit vous écouter, et puis votre vous qui doit être écouté!)

Ce nous qui doit être écouté voit toujours le preya et le shreya sans problème.  Si on suivait la sagesse de notre nous, nous ne nous tromperions jamais.  Mais nous avons notre personnage qui commence à négocier, à justifier, à supplier tellement fort que nous n’entendons plus notre nous.  Enfin, il est plus juste de dire que nous décidons d’ignorer notre nous, car notre personnage est tellement séduisant.

Le preya a un comportment diamètralement opposé au shreya.

Le preya paraît bénéfique à court terme mais douloureux à long terme.

Le shreya paraît douloureux à court terme mais bénéfique à long terme.


Le preya et le shreya ont des fins différentes.

Suivant le preya, nous nous trouvons toujours à un endroit où nous ne voulons pas être.

Suivant le shreya nous nous trouvons toujours à l’endroit où on veut être.

C’est fou!  C’est une garantie!

Le preya nous emmène toujours au mauvais endroit.

Le shreya nous emmène toujours au bon endroit.

Toujours.


Nous sommes fous, les être humains.  Nous cherchons le bonheur sans cesse et sans cesse nous choisissons la mauvaise direction, le preya.

Encore une fois, là où je suis contre l’association du bien-être et du yoga, c’est ici, dans le choix des directions.  Le yoga n’est pas le bien-être.  Le yoga est looooiiiin du bien-être.  Le yoga est une discipline intense qui très souvent ne fait pas de bien—au moins à court terme.  Le yoga nous demande d’être clair et juste et parfois sévère avec notre personnage.  Ce n’est pas une question d’écouter le soi de ce personnage, de l’envelopper dans un cocon, confortable et cosy.  Non non.  Dans le confortable et cosy il n’y a pas de changement, pas d’évolution, pas de transformation.  Le yoga n’est ni confortable ni cosy.

Le chemin de yoga c'est un chemin difficile, ruguex et rude—afin d’arriver à une destination divine.    

Si vous vous engagez à pratiquer le discernement, avec l’aide du preya et du shreya, vous verrez bien que le chemin est rocheux—mais qui vous mènera à une prairie fleurie, paradisiaque, qui dépasse toutes les attentes que notre petit personnage aurait pu imaginées.

 C’est une garantie.

LOVE,

MIRA

 
Recevez la newsletter mensuelle DAYS.

Inscrivez-vous pour rester informé de nos dernières actualités.

    Vous acceptez que Divine Alchemy Yoga School collecte et utilise les données personnelles que vous venez de renseigner dans ce formulaire dans le but de vous envoyer des offres marketing que vous avez acceptées de recevoir, en accord avec notre politique de protection des données. Veuillez cocher les cases ci dessous si vous acceptez de recevoir la newsletter et les annonces de DAYS.

    Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

    Powered By ConvertKit