Confession d'une ex intolérante au printemps

En honneur de l'Équinoxe du printemps, je partage un article avec vous de Fiona Iménéo qui  n'aime pas le printemps! Enfin elle ne l'aimait pas.

Fiona Iménéo enseigne Yoga Alchimie niveau 1 à Aix en Provence. Elle est en train de produire notre nouveau programme en ligne, Yoga Alchimie 108. 

C’est  leprintemps.    Toutlemondesembleseréjouirde cettepériodeoulesoleilrevient,  oulesfleurscommencent à éclore,  les arbresà  serefournir,  les oiseaux chantent,  les papillons volent... bon ok j’arrête là le tableau du printemps idéal.  D’autantplusquej’ailongtempsdétesté  cettesaison.  J’étaisen perpétueldécalageaveclesautresà cemomentdel’année.  Je me souviens,  mêmesuperjeune,  aulycéedéjà  jen’aimaispasle printemps. 

C’étaitlapériodedesallergies,  unepériodeouj’étaisFATIGUÉE. Vraiment   fatiguée.  

Du   coup   je   ne   me   retrouvais   pas   dans la dynamiquedel’ouverture,  delajoiequ’amènentlesjoursquise rallongent doucement. D’autant plus qu’à la base...je suis plus à l’aise avec le retour vers l’intérieur des saisons sombres.  Toutlemondeestheureuxdevoirleprintempsarriver...  enfin peutêtrepastoutlemonde.  Peutêtrecommemoiavant,  vous voussentezépuisé,  ralentiparquelquechosemaissanssavoir pourquoi.  Peutêtremêmequevousconsidérezçacommeune fatalité  (moiaussij’aimisdutempsà  comprendrelesraisonsde cette « mauvaise période »).

J’avais l’impression d’avoir de la boue qui   me   plombait   de   l’intérieur.   Je   déclarais   très   souvent   des maladies à cette période. Gastrites, rhumes, maux de gorge...J’avaisdumalà  comprendre...  j’étaisplusenformeenhiver !  C’était bizarre non ? Mêmed’unpointdevueémotionnel,  j’avaisl’impressiond’être« endemi-teinte ».  C’estpeutêtrepourçaqu’onappellesouventle printempsla« demi-saison ».    C’étaitexactementça,  j’étaisune demie Fiona pendant plusieurs semainesà ce moment de l’année. Pasvraimentlà,  pasvraimenttriste,  nijoyeuse.  Mesémotionsétaientanesthésiées,  commemesyeuxetmonnezà  causedes allergies d’ailleurs ! 

Pourtant   je   voyais   bien   qu’il   y   avait   un   excès pendant   ces semaines.  Untropplein...  maisdequoi ?  Laseulechosequeje ressentais vraiment c’était une forme de colère, un fort sentiment d’injusticeenverslespetitscoupsdursquipouvaientm’arriver pendantcettepériode,  voussavezlequotidienquoi. Lesévénementsquinesedéroulentpastoujourscommeonveut.  J’étais intolérante à tout ce qui pouvait m’encombrer, me ralentir. Je veux dire plus intolérante que d’habitude.     Etpuisj’airéalisé  enpratiquantleYogaAlchimiquequ’ilexistait desfluctuationsénergétiquespourchaquesaisonetquepour embrasserunenouvellesaisonilétaitnécessairede« direau revoir »à la précédente.  

En fait ce sentiment de léthargie, de lourdeur et de fatigue était lié au fait que je ne savais pas mettre un termeà mon hiver. Il restait là.  Sesstigmatesrestaientbienprésentsetlecontactà l’énergie printanière le rendait très difficile à porter en moi.   C’étaittropdommage.  Jenepouvaispasconsidérercette saison commeuncauchemartouslesans.  Enyréfléchissantc’esttrop beauleprintemps etpuisc’est unesaisondéterminantequinous pousseà  nousouvrirversl’extérieuretsurtoutà faire« éclore » nos projets mis en place pendant la saison sombre. C’est un super moment dans votre année !

Ce n’est pas possible de vivre cette période d’abondance en étant mal...J’aialorsapprisà  adaptermaroutinequotidienne,  à créermon sadhanaduprintemps.  Apratiquermonyogalégèrementdifféremmentquependantl’hiver,  à  adaptermonalimentationmais aussià  voir mon quotidienautrement. Jesuis entréeen vibration avecl’énergieduprintempsetmesmauxsesontapaisés. 

J’ai accueillicettepériodedel’annéeavecbeaucoupplusdesérénité etj’ai pu en découvrir les aspects très positifs et indispensables à uneannée équilibréed’unpointdevueénergétique,  physiqueet même mental et émotionnel. 

J’ai découvert qu’il existait des moyens très simples d’entrer en synergie avec l’énergie des saisons et que cela pouvait vraiment changer notre vécu. En fait il est très simple de se reconnecter avec notre nature. Généralement les problèmes surviennent quand on s’en éloigne trop… On ne réalise pas toujours ce dont notre corps à besoin surtout dans notre société moderne ou les rythmes doivent sans cesse garder une intensité constante et une qualité non modulable. La dynamique que nous offre notre mode de vie n’est pas toujours adaptée à la période du cycle annuel ou nous nous trouvons et cela peut créer un mal être, un décalage avec notre nature profonde.

En fait, réfléchissez plus en détails, vous vous êtes déjà demandé pourquoi vous vous sentez « bizarre » à certains moments de l’année ? C’est dingue mais dans la société actuelle nous sommes bien souvent trop peu connecté à nos corps énergétique, émotionnel et physique même (!) pour ressentir ces changements, arriver à les identifier et les cibler dans le temps années après années. Une fois que l’on comprend, que l’on entre dans cette vibration et que l’on prend conscience de notre pouvoir sur le déroulement de notre vie… On se dit que l’on a passé bien longtemps à dormir à côté de cette dernière… et si c’était l’heure de nous réveiller ? De nous mettre au diapason avec la nature et l’énergie du printemps qui s’éveille petit à petit ? C’est peut être le bon moment, pour toi entrain de lire cet article, de sortir de ta mue comme un papillon…

 

Je m'appelle Fiona, j'ai 28 ans et j'ai rencontré le Yoga il y a 7 ans à une période charnière de mon existence. Aujourd'hui il a investi toutes les parties de ma vie et d'autant plus depuis que j'ai entrepris la formation de professeur de yoga de la Divine Alchemy yoga school. L'alchimie a opéré partout en moi et autour de moi... j'ai hâte de transmettre cette expérience et de continuer à évoluer sur ce beau chemin.